Maurice Louis

Titre : Abstrait 95, acrylique sur toile, 24x 30 pouces
Titre : Abstrait 96, acrylique sur toile
Titre : Abstrait 41, acrylique sur toile, 30x 30 pouces VENDUE
Titre Metali-K17. acrylique sur toile, 24x 30 pouces
Titre : Abtrait 72, acrylique, 40 x 30 pouces
Titre : Rock star, acrylique, 24 x 48 pouces
PRÉSENTATION

Maurice Louis est né en 1958 à Trouville sur mer en Normandie (France). Sa ville natale se situe entre Honfleur, commune portuaire normande située sur la rive sud de l’estuaire de la Seine, mondialement connue, et Deauville, station balnéaire considérée, comme l’une des plus prestigieuses en France, qui accueille de multiples festivals internationaux, dont le Festival du cinéma américain, le Festival du film asiatique, etc. Maurice Louis, constamment baigné dans cet environnement, développe très tôt le goût pour l’art. Il travaille à la mise en place et à l’organisation de festivals, faisant partie de ce milieu artistique particulier. Il se découvre un attrait irrésistible pour la peinture, tout particulièrement pour l’art abstrait.

À 18 ans, il s’installe à Paris et crée une compagnie de services spécialisés pour les grands noms de la mode, du cinéma et de l’art. Ayant établi de nombreux contacts, issus de ses relations privilégiées passées avec les artistes, il se taille une place auprès d’une clientèle prestigieuse. Ses premiers clients sont les Productions Films 13, qui appartiennent au réalisateur Claude Lelouch, et Adel Productions, qui œuvre pour Alain Delon. Ses services professionnels, spécialement dans la mise en place de décors, l’organisation et la présentation de salons, attirent de grands noms de la haute couture comme Chanel, Lanvin, Yves Saint-Laurent, Hermès, Oscar de la Renta et de multiples galeries d’art parisiennes. Maurice Louis profite également de cette opportunité pour présenter ses peintures dans quelques expositions en France, au début des années 2000.

Lors d’un voyage au Canada, plus précisément à Québec, il est enthousiasmé et attiré par cette belle ville au cachet européen. L’architecture du Vieux-Québec lui rappelle la Bretagne et son coin de pays, la Normandie. Il apprécie tout particulièrement le cadre de la ville, bordée par le fleuve Saint-Laurent, à proximité de la nature. Ayant fait le tour de la province pour explorer de nouveaux horizons, il a un coup de cœur pour Lac-Beauport, situé en banlieue de Québec. Maurice Louis décide de s’y installer en 2005 avec sa femme et son fils. Aussitôt installé, l’artiste prend sept années sabbatiques, une première retraite en quelque sorte, souhaitant profiter pleinement de son nouveau pays. Cette pause temporaire lui permet de faire des achats et des reventes dans le domaine de l’immobilier. En décembre 2009, il devient Canadien. Son besoin de s’exprimer à travers l’art le pousse petit à petit à reprendre ses pinceaux.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Maurice Louis est un artiste autodidacte qui s’affirme par une liberté, loin de l’académisme rigoureux : Il ne s’impose rien, il ne s’interdit rien, il n’utilise aucune règle pour obtenir le rendu qu’il désire. La liberté réside aussi dans sa façon de travailler puisqu’il ne s’impose aucun outil particulier, ni aucune technique spécifique. Son travail est instinctif. Il laisse place aux aléas du hasard, notamment des erreurs qui peuvent survenir, qui vont lui servir d’énergie nouvelle pour rebondir vers une orientation qu’il n’avait pas prévue au départ. L’œuvre naissante prend alors une forme inattendue empreinte d’une émotion nouvelle. Ses impressions, ses émotions, sa vision lui permettent de se libérer des «règles» rigides et de passer par-dessus les carcans techniques pour libérer ses sensations afin de les transmettre, à sa manière, dans le fruit d’un travail qui prend sa source dans l’instinct du moment.

Le Métallurgiste artistique, un nouveau mouvement artistique

En 2014, il renoue avec les expositions et se fait aussitôt remarquer. Près de dix ans après son arrivée au Québec, il devient membre de la Guilde artistique de Lac-Beauport (GALB) et du Collectif International d’Artistes ArtZoom (CIAAZ) pour aller de l’avant dans sa carrière d’artiste peintre. Du 20 novembre 2014 au 20 janvier 2015, il présente une exposition personnelle à Stoneham, intitulée « Variations abstraites », dans laquelle un certain type de peinture trouve rapidement acquéreurs. Le public découvre ce nouveau style que l’artiste désigne sous l’appellation « Bronzaï » et « Métali-K » qui trouve un nom plus approprié en janvier 2015, grâce au concours d’une théoricienne de l’art, essayiste, critique et journaliste spécialisée, qui œuvre au niveau international depuis 1997. Le « Métallurgisme artistique » naît et Maurice Louis en est l’instigateur.

Le «Métallurgisme artistique» prend naissance dans la définition même du métallurgiste: «ouvrier qui travaille dans la métallurgie». Maurice Louis donne l’illusion du métal (bronze, fer, etc.), à l’aide de ses outils de peintre. Le métallo artiste va plus loin et remonte l’histoire jusqu’à l’âge du bronze, période caractérisée par l’usage de la métallurgie du bronze et précédant celle du fer et succédant à celle du cuivre. Le retour dans le passé fait référence, chez l’artiste, au recul nécessaire qu’il a pris face à son travail éclectique à la fin de l’année 2014.

Il s’est senti obligé d’aller momentanément dans une seule direction pour maîtriser la technique. Ses «Bronzaïs» et ses «Métali-k», œuvres plastiques donnant l’illusion d’un travail sur métaux et alliages, étaient sorties de ses expérimentations et s’étaient progressivement imposées en 2014 comme quelque chose de nouveau aux yeux du public. Le «Métallurgisme artistique» devait alors englober, en janvier 2015, son travail bronze/métal et tout le travail à venir, basé sur l’impression du travail métallurgique.

La notion chronologique cuivre, bronze, métal, etc. n’est peut-être pas qu’un stade évolutif dans l’histoire de Maurice Louis, mais doit être perçu comme une technique durable qui influencera sans doute l’art contemporain de ce premier quart du XXIe siècle.

L’idée philosophique derrière l’œuvre est de puiser dans le passé pour mieux entrevoir l’avenir.

STYLES

Maurice Louis a toujours été attiré par l’art abstrait. Il apprécie particulièrement l’accumulation de la matière picturale sur la toile et les traces laissées par le couteau à peindre sur celle-ci. Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est la liberté que l’on retrouve dans l’art abstrait; la liberté de voguer au gré de l’imagination, la liberté dans l’exécution, la liberté dans la perception de l’œuvre achevée. Lyrique ou géométrique, l’abstraction va de pair avec sa personnalité qui se défend d’utiliser les carcans rigides des règles académiques.

Ses œuvres à caractère zen sont une autre façon de s’exprimer. Le dépouillement est un retour à l’essentiel. Il va droit au but. Le vide et le plein s’équilibrent dans des contrastes visuels sentis. Le vide favorise l’interaction du public avec l’œuvre, le poussant à une intériorité réflexive, méditative, compréhensive. Le plein représente forme et volume, il exprime rythme et mouvement, il suggère ombre et lumière; les traits interprètent un langage créatif intérieur qui s’exprime extérieurement, visuellement, sur le support.

Maurice Louis est un artiste autodidacte qui s’affirme par une liberté, loin de l’académisme rigoureux : Il ne s’impose rien, il ne s’interdit rien, il n’utilise aucune règle pour obtenir le rendu qu’il désire. La liberté réside aussi dans sa façon de travailler puisqu’il ne s’impose aucun outil particulier, ni aucune technique spécifique. Son travail est instinctif. Il laisse place aux aléas du hasard, notamment des erreurs qui peuvent survenir, qui vont lui servir d’énergie nouvelle pour rebondir vers une orientation qu’il n’avait pas prévue au départ. L’œuvre naissante prend alors une forme inattendue empreinte d’une émotion nouvelle. Ses impressions, ses émotions, sa vision lui permettent de se libérer des «règles» rigides et de passer par-dessus les carcans techniques pour libérer ses sensations afin de les transmettre, à sa manière, dans le fruit d’un travail qui prend sa source dans l’instinct du moment.

Styles sont variés et composés de plusieurs collections, qui sont toutes abstraites mais d’inspirations différentes.

MÉDIUM

Il travaille à l’acrylique.

FORMAT

Il est très à l’aise sur des grands formats.

THÈMES

Tout se passe à l’instant ou il est devant une toile blanche. Sa devise : Lorsque je suis devant une toile blanche, je ne sais pas ce que je vais faire.C’est une fois terminée que je vois ce que j’ai voulu faire.

EXPOSITIONS 
  • Plusieurs expos collectives : Une exposition à Montreal,ou il a reçu le prix du public
  • Expos solo à Miami pour la grande expo internationale Art Basel,
  • Los Angeles dans le hall du Sofitel de Beverly Hills, San Francisco dans le hall de l’hôtel Royal Park.
  • Ainsi que tout récemment à l’hôtel Château Laurier de Quebec Elle était prévue pour un mois mais qui fut prolongée de deux mois suite à son succès.
  • À partir du 15 février 2018 à Sausalito en Californie et ensuite à la fin du mois de mars 2018 à San Francisco.
PRIX/RECONNAISSANCES
  • Prix international du nouveau mouvement en arts visuels décerné en 2015 pour la série Métali-k et Bronzaï.Fin janvier 2015, il reçoit le Prix Nouveau Mouvement en arts visuels suite à la découverte du « Métallurgisme artistique », ce qui lui ouvre des portes pour l’avenir. Il compte parmi ses collectionneurs diverses personnalités, notamment Madame Christine Saint-Pierre, députée de l’Acadie et Ministre des Relations internationales et de la Francophonie.
  • Finaliste des personnalités culturelles de la M.R.C.Jacques Cartier en 2017.
  • Il a la chance d’avoir des collectionneurs en France, Belgique, Espagne, Etats Unis, aussi aux Philippines et Dubaï.

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *