Francine Noël

Titre: raton perché, Technique : Recycl’art, Dimension : 55 x 84 x 11 cm
Titre : Tortue à écaille de lunettes, Technique : Recycl’art, Dimension : 29 x 65 x 41 cm
Titre : Assolir, Technique : Recycl’art, Dimension : 40 x 78 x 40 cm
Titre : Souvenez moi, Technique : Recycl’art, Dimension : 62 x 23 x 23 cm
Titre : Larkin
, Technique : Recycl’art, Dimension : 71 x 49 x 38 cm
Titre: Épic crêpé, Technique : Recycl’art, Dimension : 35 x 105 x 14 cm
PRÉSENTATION

Elle est de nature touche à tout. Dès l’enfance, l’artiste a été initiée à la danse, la musique, le dessin, la couture, la peinture à l’huile et la natation, entre autres activités. Tout au long de ses études, elle a touché aux arts visuels via la photographie et la chambre noire, l’installation, la performance, la peinture et la gravure.

À partir de la fin des années ’80, elle a exploré la peinture à l’étampe. Elle a gravé et gossé une folle quantité de tampons de caoutchouc. Elle utilisait les motifs ainsi taillés comme pinceaux pour appliquer la peinture sur la toile. Ça a donné lieu à une forme de pointillisme bavard dans lequel le choix des motifs est aussi significatif que l’image composée par leurs surimpressions.

Puis, elle a voulu sortir du cadre, déborder de l’aplat. Pendant un moment, elle a beaucoup travaillé avec l’écorce d’arbres. Elle appelait ses œuvres des bois-reliefs; il s’agissait en fait de haut-reliefs en mosaïque d’écorce. Elle est passée au 3D avec le recycl’art. L’artiste est tombée en amour avec les ressorts, entre autres choses. L’ingéniosité qu’ils expriment et le potentiel de mouvement qu’ils offrent l’ont séduite.

Elle trouve un aspect ludique au recycl’art. Cela étonne et amuse les gens de reconnaître des objets banals dans le contexte d’une œuvre. Les objets ne s’effacent jamais complètement dans l’ensemble, ils résonnent toujours de références.

Je crée en réponse à la vie qui m’entoure, pour la célébrer, la dénoncer ou en rire.

  

FORMATIONS

Elle est une artiste visuelle autodidacte. L’artiste a fait ses études en lettres (DEC) puis en musique (BAC). Elle a ensuite parfait ses connaissances en sérigraphie à la galerie Graf de Montréal. Elle a appris la vannerie à la Maison Routhier de Québec et le vitrail chez les Artisans du vitrail de Limoilou. L’artiste fait plusieurs formations auprès du Conseil de la culture de Québec, dont la conception de site internet. Elle a appris la fonderie d’art auprès de l’artiste Aristide Gagnon, à son atelier de Québec.

 

DÉMARCHE

Depuis le tournant du millénaire, elle s’adonne au recycl’art. Je crée à partir de collections de matières naturelles et d’objets récupérés.

Dans ce monde de prêt-à-jeter, son travail veut résister à la désuétude des choses, leur offrir un second souffle de sens pour qu’on s’y attarde, leur refaire une beauté foisonnante qui fait durer…

 

STYLE

Recycl’art figuratif

 

MATÉRIAUX/MATIÈRES

Les ressorts, les cordes d’instruments, les lunettes, les clés, les collerettes de bouteilles de vin, les trombones, les raquettes de babiche, les timbres, les écorces … D’abord et avant tout, des collections d’objets.

 

FORMATS

Variable. La matière dicte souvent le format de l’œuvre. Quand elle a pensé faire des têtes de libellule à partir de gyroscopes, ça a déterminé la dimension de l’œuvre la ponte, par exemple.

 

THÈMES/SUJETS

Une part généreuse de sa création est animalière. La vie sous toutes ses formes l’intéresse. Elle exprime aussi ses préoccupations, ce qui fascine l’artiste et l’a trouble, des bribes de quotidien. Parfois aussi, elle s’inspire des mots ; le titre génère l’image, comme pour Spring chicken qu’elle a traduit littéralement en créant une poulette en ressorts.

 

EXPOSITIONS

Première exposition solo à Montréal, en 1989. J’en ai fait une douzaine d’autres depuis, dont Dans la tête de… , en 2014, au Moulin la Lorraine de Lac-Etchemin. Elle a participé à plusieurs expositions collectives depuis 1990. Entre autres, l’artiste a exposé à la Salle Jean-Paul Lemieux de Beauport, à la Maison de la culture Monk de Montréal, au Musée du bronze d’Inverness, au Musée de la poste de Victoriaville, dans la volière du Musée de la civilisation de Québec, au Musée d’art contemporain de Baie St-Paul et, lors des éditions 1992 et 1996, elle a participé aux Femmeuses chez Pratt et Whitney de Longueuil.

 

PRIX/RECONNAISSANCES

Prix du public, Festival du recycl’art de Montpellier, 2010

Mention honorifique, Biennale en arts visuels en Abitibi-Témiscamingue, 1990

 

 

 

 

 

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *